Est-ce que cela vous intéresserait de visiter la ville la plus laide du monde ? Depuis quelques années, Charleroi a été qualifiée ainsi. Cette cité wallonne, le Pays Noir comme on le surnomme aussi, semble réduite à n’être rien d’autre qu’une immense friche industrielle. Les amoureux de cette ville, comme vous pouvez bien le comprendre, ne sont pas du tout d’accord avec cette affirmation.

Un ancien site industriel de grande envergure

Charleroi a connu une agonie qui a duré un demi-siècle et on peut dire qu’elle en est à sa renaissance aujourd’hui. Des personnes de bonne, et de grande, volonté s’échinent à imaginer une ville sortie de ses cendres et qui aura redoré ses blasons. Certes, un certain nombre d’habitants désespèrent mais la jeunesse actuelle affiche leur désir de rénover, de renouveler, jusqu’à l’état d’esprit. Puis, des soirées et des concerts sont désormais donnés dans le centre culturel (décati certes) de Rockerill. Au musée de la Photographie, une exposition permanente « Roman-photo » a réussi à interpeller le monde et aujourd’hui, ce musée est devenu une institution de renommée européenne, le seul de Charleroi pour le moment.

La beauté est sous le vernis

Petit à petit, avec une fougue et un enthousiasme peu communs, de plus en plus de gens s’intéressent au sort de Charleroi qui ne souhaite plus être cette ville la plus laide au monde. Si vous voulez voir comment ça bouge là-bas, si vous voulez être parmi les premiers à admirer la beauté sous le vernis, pour y aller, c’est à partir de Thalys, puis prenez le train via Bruxelles-Midi, le trajet dure 2h30 environ. Vous pourrez participer à un safari version Charleroi, pour à peu près 30 euros, ou faire l’escalade du terril des piges d’où vous pourrez avoir une vue d’ensemble du Pays Noir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *